Jardins thérapeutiques EHPAD du Groupe E4

  • Surface : environ 2000 m²

  • La biodiversité retrouvée en ville

  • Un espace pour retrouver ses repères

  • Un lieu de vie

  • Un aménagement de haute qualité

Eléments du jardin

  • Plantes aromatiques et médicinales ;
  • Espace de culture bio de 100m² ;
  • Verger d’essences locales.
  • Potagers surélevés pour PMR ;
  • Panneaux pédagogiques ;
  • Tables de pique-nique et bancs en bois local PEFC ;
  • Mains-courantes en châtaignier de nos forêts.
  • “A main levée” travail des bras ;
  • Agrès sonores ;
  • Sol incliné ;
  • Montée et descente en escalier
  • Pas de grenouille ;
  • Travail des couleurs ;
  • Fontaine.
Contactez-nous

Le contexte

Le Groupe E4 a fait de nouveau appel aux Nouveaux Potagers pour repenser le design des parcs de leurs trois maisons de retraite.

EHPAD de haut standing, le groupe a souhaité intégrer la notion de thérapie au jardin, avec des aménagements de haute qualité et en gardant leurs valeurs axées sur le Développement Durable.

Les résidents peuvent donc déambuler à travers un paysage remodelé, inspiré de la Garrigue ou des Etangs de Thau et agrémenté d’un potager perpétuel, tout en faisant de l’exercice et en travaillant naturellement leurs 5 sens.

Conception – réalisation

Des parcs pensés en fonction de l’implantation géographique de l’établissement.

La Garrigue

Dans l’EHPAD La Cyprière, le secteur protégé pour les personnes atteintes d’Alzheimer a été modifié pour utiliser les éléments de langage paysager typiques des alentours de Montpellier.

Ainsi, un parcours en boucle permet aux résidant désorientés de suivre leur chemin en passant auprès de plantes odorantes typiques qu’ils ont connus dans leur vie. Le sol conçu sans marche permet de passer d’un platelage bois à des copeaux puis à un gazon des Mascareignes dont la particularité est d’être mou.

Des instruments musicaux agrémentent l’expérience sensorielle et des agrès moteurs sont disposés à proximité de l’entrée.

Le potager perpétuel et la chênaie

Avec un parc privé ouvert sur l’espace public, la maison de retraite Les Aigueillères offrait une belle possibilité d’unir habitants et résidents. Ainsi, un chemin surplombant un jardin d’aromates appelé “potager perpétuel” a été créé, avec des traverses en chêne en travers rythmant l’avancée jusqu’au kiosque offrant son ombre.

En longeant une rangée de vignes et les herbes hautes, lieu de biodiversité, il est alors possible de rejoindre une chênaie où s’abrite le sanglier de bois et où le vent joue avec les carillons.

Des marches aux couleurs variées et stimulantes invitent ensuite à vaquer jusqu’à l’espace thérapeutique dont des agrès dessinés sur-mesure permettent de travailler la motricité, pour ensuite se reposer au son de l’eau sortant de la fontaine.

Au bord de l’étang de Thau

Sur ce troisième établissement, il a été proposé de reprendre l’esprit des étangs bordant Pérols et de reconstituer un paysage familier aux résidents. Le sol est décaissé sur 35cm et recouvert de sable puis planté de graminées typiques des bords de mer. Un ponton thérapeutique traverse “l’étang imaginaire”, ponton sur lequel les résidents sont invités à lever leurs pieds pour éviter des planches hautes ou encore traverser une partie inclinée.

Enfin le secteur protégé accueillant les personnes souffrant d’Alzheimer peuvent profiter d’un agrès “vagues” pour travailler leur équilibre, en s’agrippant à des mains courantes en bambou.
Elles sont alors invitées à aller jusqu’au verger ou au point d’eau surélevé où coule une fontaine, ou a jouer sur une structure ornée d’instruments de musique.